top of page

Avoine : avec ou sans gluten ?





Concernant l’avoine un débat existe actuellement, et depuis plusieurs années déjà, sur la présence ou non de gluten. Ainsi les recommandations pour les personnes cœliaques divergent du « 0 avoine », « avoine autorisé » à « uniquement l’avoine certifié sans gluten ».

Essayons d’y voir un peu plus clair…

L’avoine contient bel et bien des prolamines mais ni gliadine ni glutéine, il s’agit de l’avénine. Plusieurs études ont été menées dans le but de déterminer si oui ou non l’avénine de l’avoine pouvait conduire à une réaction immunitaire comme dans le cas du blé. Plusieurs études ont été menées de 2003 à 2007 dans lesquelles de l’avoine a été donné à des personnes cœliaques en rémission. Les résultats de ces études sont divergents. Dans certaines études une partie des personnes ont fait des rechutes alors que dans d’autres études, aucune n’a fait de rechute(1).

La question reste donc complète : dans certains cas aucune rechute et dans d’autres des rechutes sont observées mais jamais chez tous les sujets.

Deux facteurs de variations sont donc possibles et ont été étudiés : la variété d’avoine et la sensibilité des personnes.

Il apparait que la variété d’avoine, joue bien un rôle dans la réponse immunitaire. Sur 3 variétés testées la Nave génère une réponse immunitaire stimulée alors qu’Irina et Potenza non(2).

Une étude australienne(3) a montré qu’une dose de 100g d’avoine/j à des patients cœliaques générait une réponse immunitaire chez 8% des personnes testées. Cette réponse demeure cependant faible et ne génère pas de troubles pathologiques comme avec le blé. Il y aurait donc bien une différence de sensibilité inter-individuelle à l’ajout d’avoine dans le régime.

Pour expliquer la réaction immunitaire observée chez certaines personnes, des chercheurs ont analysé l’avénine (gluten de l’avoine) et chercher des similitudes avec la gliadine du blé.

Dans une étude récente(4) les chercheurs se sont intéressés à une séquence en acides aminés présente dans l’avénine très similaire à celle de la gliadine du blé. Cette séquence a été déterminée comme étant responsable de la réponse immunitaire chez les personnes cœliaques. Cette étude montre que cette séquence est beaucoup moins présente dans l’avénine contenue dans l’avoine certifié « sans gluten » vs l’avoine « classique ». Seul l’avoine certifié sans gluten présente une quantité de cette séquence en acides aminés inférieur à 20 mg/kg (seuil pour être considéré sans gluten). Le reste de l’avoine ne peut donc pas être considéré « sans gluten » d’après les auteurs.

En réalité cette séquence d’acides aminés est présente en quantité largement inférieur dans l’avoine par rapport au blé et est également plus courte(5). Ceci expliquerait la réponse immunitaire faible et la faible proportion de personnes cœliaques répondant à l’ingestion d’avoine dans l’étude précédente.

De plus d’autres études ont montré que l’avoine non certifié « sans gluten » était fréquemment contaminé par des résidus de gluten issus d’autres céréales telles que le blé, seigle ou orge(6).

Une méta-analyse (analyse comparant les résultats de plusieurs études) récente(7) concernant l’ajout d’avoine dans le régime de patients cœliaques observe qu’il n’y a pas d’aggravation des symptômes. Les auteurs concluent cependant sur un manque de puissance de l’analyse du fait du peu de données sur certains points. Ils insistent sur la nécessité de mener de nouvelles études rigoureuses incluant différentes variétés d’avoine.

En résumé la réponse concernant l’innocuité de l’avoine dans un régime sans gluten reste en demi-teinte. Il est vraisemblablement sans danger d’inclure de l’avoine certifié sans gluten dans le régime mais il n’en est pas de même pour de l’avoine « classique » non certifié ou les risques de contamination croisée sont élevés.



 

(1) Résumé et références complètes dans l’article de Julien Venesson http://www.thierrysouccar.com/blog/intolerance-au-gluten-peut-manger-de-lavoine

(2) M. Silano et al., Diversity of oat varieties in eliciting the early inflammatory events in celiac disease. Eur J Nutr. 2014; 53(5): 1177–1186

(3) Melinda Y. Hardy et al., Ingestion of oats and barley in patients with celiac disease mobilizes cross-reactive T cells activated by avenin peptides and immuno-dominant hordein peptides. J Autoimmun. 2015 Jan;56:56-65

(4) Mickowska B et al., Oat raw materials and bakery products - amino acid composition and celiac immunoreactivity. Acta Sci Pol Technol Aliment. 2016 Jan-Mar;15(1):89-97

(5) A. V. Balakireva and A. A. Zamyatnin, Jr. Properties of Gluten Intolerance: Gluten Structure, Evolution, Pathogenicity and Detoxification Capabilities. Nutrients. 2016 Oct; 8(10): 644.

(6) A. Hernando et al., Measurement of wheat gluten and barley hordeins in contaminated oats from Europe, the United States and Canada by Sandwich R5 ELISA. Eur J Gastroenterol Hepatol. 2008 Jun;20(6):545-54. (7) M. Cristina P. de Souza et al., Pure Oats as Part of the Canadian Gluten-Free Diet in Celiac Disease: The Need to Revisit the Issue. Canadian Journal of

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page